COVID 19 et SED

Précautions et recommandations

Arc-en-Sed-Covid-19-précautions

Comprendre la stratégie de vaccination contre la Covid-19

05 février 2021
La stratégie vaccinale, arrêtée par le ministre des Solidarités et de la Santé, vise à déterminer les personnes prioritaires à la vaccination, en fonction des enjeux de santé publique et de l’arrivée progressive des doses de vaccins.

OBJECTIFS ET PRINCIPES DE LA CAMPAGNE DE VACCINATION
La stratégie vaccinale mise en place doit permettre de remplir trois objectifs de santé publique :
faire baisser la mortalité et les formes graves de la maladie ; protéger les soignants et le système de soins ; garantir la sécurité des vaccins et de la vaccination.

La vaccination contre Covid-19 repose sur trois principes : gratuité, liberté et sécurité.

TROIS PRINCIPES POUR LA VACCINATION COVID-19 : GRATUITÉ, LIBERTÉ ET SÉCURITÉ
La vaccination est gratuite pour tous car personne ne doit renoncer à se faire vacciner pour des raisons financières.
Elle n’est pas obligatoire et repose sur une décision partagée entre le patient et son médecin. Le consentement doit être recueilli au préalable et tracé dans le dossier médical de la personne vaccinée. Dans ce cadre, une consultation de pré-vaccination est prévue avec son médecin (informations complémentaires à venir prochainement sur ameli). Cette consultation médicale pourra, selon les cas, être immédiatement suivie de la vaccination.

La vaccination

La sécurité est également un enjeu essentiel. La vaccination se fait dans le strict respect de toutes les règles qui encadrent l’utilisation des produits de santé en France. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en place un dispositif spécifique de surveillance renforcée des effets indésirables des vaccins anti-Covid-19. Sur signalement-sante.gouv.fr, chacun, professionnels de santé ou personnes vaccinées, peut signaler tout effet indésirable à la suite d’une vaccination.

Qui sera vacciné contre la Covid-19 et quand ?

Le déploiement de la vaccination se fait progressivement avec une priorité donnée depuis le 27 décembre 2020 aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie.
En savoir plus sur le calendrier et les étapes de vaccination.
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/vaccins

Qui peut se faire vacciner, quand et comment ?


05 février 2021

La campagne de vaccination contre la Covid-19 a débuté le 27 décembre 2020. Elle va se poursuivre suivant les différentes étapes recommandées par la Haute Autorité de santé (HAS) tout au long de l’année 2021.
La HAS a émis des recommandations sur la stratégie de priorisation des populations à vacciner. Ces recommandations sont basées sur les risques de forme graves ou de décès, le risque d’exposition et la mise à disposition prévisible des vaccins.

Les professionnels de santé sont dans ce cadre les interlocuteurs privilégiés pour répondre aux questions que chacun peut se poser et délivrer une information complète et loyale sur la vaccination, ses bénéfices attendus et ses risques d’effets secondaires.La vaccination est gratuite pour tous et elle n’est pas obligatoire. Voir les principes et la stratégie de vaccination contre la Covid-19.

Recommandations COVID-19, Filière Oscar :

Il est essentiel de ne pas interrompre le suivi de votre pathologie ni des traitements en cours sans avis de votre médecin référent.
Des téléconsultations sont mises en place et devraient pouvoir vous être proposées à chaque fois que possible.

Ai-je plus de risques que la population générale d’avoir le COVID19 ?
Sauf conditions particulières de diminution de l’immunité, il n’y a pas plus de risques que la population générale d’avoir le COVID19.

Si j’ai le COVID19, est-ce qu’il y a des recommandations spécifiques à ma pathologie ?
En cas de doute n’hésitez pas à contacter votre médecin référent.

Si j’ai le COVID19, ai-je plus de risques du fait de ma pathologie d’avoir une forme sévère ?En l’état actuel des connaissances, les personnes à risque de forme grave du covid-19 sont :
– Les femmes enceintes au 3e trimestre de leur grossesse,
– Les personnes âgées de 65 ans et plus (les personnes âgées de 50 ans à 65 ans doivent être surveillées de façon plus rapprochée),
– Les personnes atteintes de : hypertension artérielle, une maladie cardiaque ou vasculaire, un surpoids (obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kg/m2)), un diabète, une maladie respiratoire chronique (BPCO, asthme…), une maladie chronique du foie (cirrhose…), une maladie rénale chronique grave, une diminution des défenses immunitaires (cancer, traitement,…), un syndrome drépanocytaire majeur ou un antécédent de splénectomie.
Lire la suite ICI.

Recommendations pour le vaccin :

L’HAS (Haute Autorité de Santé) recommande une compagne de vaccination contre la COVID-19 en plusieurs phases en fonction de l’âge, des comorbidités et de l’activité professionnelle. Elle préconise 2 injections afin d’observer une meilleure protection.

Recommandations OSCAR

Rappelons que la majorité des « pathologies OSCAR » n’augmentent pas le risque de formes sévères (sauf si elles entrainent un des facteurs de risque cités ci-dessus) mais elles peuvent compliquer la prise en charge d’une forme sévère.

C’est pourquoi, et en l’état actuel des connaissances, la très grande majorité des personnes suivies dans les centres d’experts de la filière OSCAR sont invitées à se faire vacciner afin de se protéger des formes graves. En fonction de leur âge et de leur risque d’exposition au virus, ces dernières pourront faire partie des personnes vaccinées en priorité.
Exception faite pour les personnes atteintes de la FOP pour lesquelles la vaccination intramusculaire est formellement contre-indiquée.

Recommandations à consulter et à diffuser

Retrouvez la liste sur le site du ministère de la santé : www.solidarites-sante.gouv.fr

En cas de signe clinique de COVID-19, le référent reste le médecin traitant qui pourra se mettre en relation avec nous.
En cas de symptômes bénins (fièvre, toux, rhinite), N’allez PAS chez votre médecin, NI aux urgences : rester chez vous ! Ne prenez pas d’AINS (ibuprofène, kétoprofène, …).
En cas de survenue de signes sévères (cyanose= lèvres bleutées, gêne respiratoire importante, irrégularités du rythme respiratoire, appeler le 15 directement.
En cas d’infection COVID-19 chez les patients à risque vasculaire, bien signaler votre maladie aux médecins qui vous prendront en charge afin qu’ils puissent nous contacter en cas de besoin.

Le centre de référence des SED NV assure une continuité des soins par le biais de la téléconsultation.

Si vos médecins ont des questions ils peuvent contacter les médecins du centre de référence.

COVID-19, pour tous les SED nv Ehlers-Danlos, source :

Dr Caroline Michot, Praticien Hospitalier, site constitutif pédiatrique pour les syndromes d’Ehlers-Danlos non vasculaires, CRMR Maladies Osseuses , service de Génétique Médicale Necker,
et Dr Karelle Benistan, Centre de référence des syndromes d’Ehlers-Danlos non vasculaires, Hôpital Raymond Poincaré.

« Côté pédiatrique, pour l’heure, il n’y a pas de forme grave de COVID-19 chez l’enfant. Alors qu’il y a certainement eu des petits patients atteints de comorbidités (type asthme notamment) qui ont dû avoir le virus. Cela est plutôt rassurant pour le côté enfant, même avec l’un des types de SED, néanmoins ceci est à prendre avec précaution en cas de pathologie respiratoire sous-jacente (essentiellement les asthmatiques) ou de déficit immunitaire avéré.
Cependant, un cas pédiatrique atteint dans une famille est le risque (fort) de contaminer toute la famille, et notamment les personnes âgées, qui sont les plus sévèrement touchées. Il est donc extrêmement important de respecter les mesures de confinement, et (le plus possible) de ne pas faire garder ses enfants par les grands-parents, surtout si ceux-ci ont des pathologies sous-jacentes.

Pour ce qui est des adultes avec les différents types de SED, les Dr Karelle Benistan et Caroline Michot ont expliqué que ce n’est pas le(s) SED le problème en soi, mais les comorbidités surtout respiratoires et immunitaires qui l’accompagnent. Donc chacun est un cas unique. Il est primordial de ne pas paniquer, mais de tout faire pour limiter la propagation du virus, le problème n’étant pas chaque cas individuel, mais le risque de débordement des services de réanimation si il y a un pic avec de très nombreux cas, ce qui obligerait alors les réanimateurs à devoir choisir à qui donner un respirateur… ».


Dans l’intervalle, nous insistons sur l’importance pour vous et vos proches de bien respecter le confinement, les mesures barrières préconisées par le gouvernement et d’appeler le 15 en cas de fièvre avec difficulté respiratoire inhabituelle. Solliciter autant que possible la téléconsultation de vos médecins traitants, surtout pour un renouvellement d’ordonnance.
Ne pas saturer le 15 en cas de symptômes bénins (fièvre, toux, rhinite). La majorité des patients atteints de COVID-19 guérissent spontanément à la maison sans complications.
Vous pouvez prendre du PARACETAMOL (dose à adapter avec votre médecin traitant selon l’âge, le poids, la fonction hépatique).
Éviter, s’il ne sont pas indispensables, les corticoïdes et les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Pour toute information, vous pouvez consulter le site dédié du gouvernement : www.gouvernement.fr/info-coronavirus ou appeler le numéro d’information gratuit : 0 800 130 000. Ces éléments peuvent être amenés à évoluer. Attention aux fausses informations qui circulent sur les réseaux sociaux. Le centre de référence des SED non vasculaires assure une continuité des soins pour les patients nécessitant une prise en charge en urgence

Bon courage courage dans cette épreuve. Le civisme de chacun peut sauver des vies.
Vous remerciant de votre compréhension, Dr Karelle Benistan et l’équipe du centre de référence des syndromes d’Ehlers-Danlos non vasculaires »

Rejoignez-nous !
Soutenez Arc-en-Sed !

Arc-en-Sed-adherer
Arc-en-Sed-je-fais-un-don

Abonnez-vous à notre newsletter !